-
June 3-7

Archives
Le festival
"Le Festival de Printemps de Beyrouth", créé et lancé en 2009 par la Fondation Samir Kassir, est inspiré par le titre de l'un des derniers articles écrits par Samir Kassir, peu de temps avant son assassinat en 2005.

Cet événement, en ciblant le large public, est unique, tant par son concept et les objectifs programme.Le du Festival et son caractère particulier ont suscité un accueil très chaleureux du public.

Le Festival est le premier de son genre à Beyrouth.

Le festival propose des spectacles internationaux pluridisciplinaires (théâtre, musique, danse, conférences ...) tournant autour des thèmes de la tolérance et de la diversité culturelle, en particulier dans les sociétés confrontées à la violence et l'injustice.

Le festival propose des spectacles exclusifs d'une nuit étalées sur? Une semaine dans différents lieux à travers Beyrouth.

Le Festival soutient la création de l'art contemporain et dynamise? Vie culturelle et artistique du Liban, construit sur ​​la conviction que l'art est la meilleure façon de tolérance.

Le Festival se développe sur l'intérêt de la jeune génération dans le maintien des liens avec la vision et les pensées de Samir Kassir.

L'entrée gratuite au festival fournit toutes les catégories de la société libanaise avec un accès illimité aux œuvres, d'art commerciales non originales.

Ce festival a grandi grâce à l'appui financier et moral de ses amis,? Sponsors et surtout la société civile.

Nous vous remercions de votre fidélité,
Programme
Archives
Juin
3
9:00
Tamer Abou Ghazaleh est né au Caire dans une famille d’exilés palestiniens.

Tamer Abou Ghazaleh est né au Caire dans une famille d’exilés palestiniens. Très jeune, il se découvre une passion pour la musique et se met à composer. En 1998, il retourne en Palestine et entame des études de composition et de théorie musicale au Conservatoire national de Ramallah (qui porte aujourd’hui le nom de Conservatoire Edward Saïd) et développe ses compétences en oud et en bouzouki.

En 1991, il enregistre son premier morceau Ma fi Khof (sans peur) qui évoque directement la première intifada. En 2001, il sort son premier album Janayen El Ghona (Les jardins musicaux), florilège des morceaux qu’il a composés à ses débuts (entre 5 et 15 ans). En 2008, c’est au tour de l’album Mir’ah (Miroir) de voir le jour et en 2016, il sort Thulth, son « troisième » album comme son nom arabe l’indique.


Juin
4
9:00
Lotfi Bouchnak est un chanteur, oudiste et compositeur tunisien. Il est actuellement l’un des ténors les plus adulés au Moyen-Orient, en Afrique du nord et dans le monde arabe.لطفي بوشناق والأوركسترا 

Lotfi Bouchnak est un chanteur, oudiste et compositeur tunisien. Il est actuellement l’un des ténors les plus adulés au Moyen-Orient, en Afrique du nord et dans le monde arabe. On le surnomme même le « Pavarotti » de la Tunisie. Il a également joué dans plusieurs films et séries télévisées comme Maktoub, La boîte magique, Halou w mur et El paraíso ya no es lo que era.

Bouchnak est né à Tunis dans une famille d’origine turco-bosniaque. Dès son jeune âge, il s'intéresse à la musique et reprend les chansons d’Oum Kalthoum et des maîtres de la chanson égyptienne. Il intègre ensuite la Jeunesse musicale tunisienne puis La Rachidia et améliore sa technique vocale avec Ali Sriti, et prend en même temps des cours d’oud. En 1979, à l’âge de 25 ans, Bouchnak enregistre sa première chanson, composée par Ahmed Siddiqui. Puis il commence sa collaboration avec d’autres compositeurs célèbres comme Sayed Mekkaoui, Fathallah Ahmed et Anwar Brahem. Dans les années 1980, il compose lui-même des chansons pour d’autres artistes comme Khaled et le groupe de rap IAM. Bouchnak est l’un des rares artistes qui se produisent régulièrement à l’Opéra du Caire depuis 1992.

Bouchnak a remporté à Washington le titre de meilleur chanteur arabe en 1997.


Juin
5
9:00
Dans Inked, Aakash Odedra confie au chorégraphe Damien Jalet, lauréat du prix Oliver, la tâche d’exploiter les marques tribales et les tatouages.

Dans Inked, Aakash Odedra confie au chorégraphe Damien Jalet, lauréat du prix Oliver, la tâche d’exploiter les marques tribales et les tatouages. Inspiré par les tatouages de la grand-mère d’Aakash, le duo aborde les notions d’appartenance, de protection et de restriction.

Dans ce spectacle, Aakash Odedra applique sa maîtrise des formes de danse classique, comme le Kathak et le Bharatanatyam, dans un cadre de danse contemporaine en tirant pleinement parti du potentiel de la technologie de conception moderne.


Juin
7
9:00
Enfant, l’actrice a perdu la vue dans un accident. La pièce commence le jour de l’opération et met en valeur les pensées douloureuses et contradictoires de la jeune fille.

Enfant, l’actrice a perdu la vue dans un accident. La pièce commence le jour de l’opération et met en valeur les pensées douloureuses et contradictoires de la jeune fille. Elle est dans le doute, elle ne sait pas si elle pourra recouvrer la vue ou s’il vaut mieux qu’elle reste dans son univers intérieur dans lequel elle a vécu vingt ans environ. Durant ces années, elle a orné son monde de couleurs si belles mais si étranges à la fois. Il est désormais plein d’objets dansants, de voix et de parfums attrayants. Mais l’habitant le plus important de son monde est son médecin de qui elle est amoureuse.

Dans la deuxième partie de la pièce, la jeune fille est dans un appartement, loué par le médecin pour leur vie de couple. Un moment s’est écoulé depuis l’opération. Le doute la ronge : elle n’est pas prête à vivre avec le médecin. En recouvrant la vue, sa passion pour lui s’est évanouie. Le médecin la laisse partir mais il n’est pas malheureux puisqu’il se souvient de son amour, celui qui lui a permis de surmonter la réalité et lui a donné des ailes pour voler au-dessus de la ville.


Juin
15-7
6:00
Au cœur de Beyrouth, sur la place Samir Kassir, une exposition de photographies contemporaines témoigne d’une Palestine multiple, créative, résiliente, et lumineuse.
Au cœur de Beyrouth, sur la place Samir Kassir, une exposition de photographies contemporaines témoigne d’une Palestine multiple, créative, résiliente, et lumineuse.

Medias
Archives
Sponsors
Archives
Organisé par la fondation Samir Kassir
Galerie
Aucun Galeries disponible pour le moment.
Contacts
Fondation Samir Kassir
Imm. Dib, 3 e'tage, Rue du Jardin de Sioufi
Sioufi, Achrafieh, Beyrouth, Liban
Tel/Fax: +961-1-397331 | +961-1-397334
mailto:info@beirutspringfestival.org
info@beirutspringfestival.org
https://www.facebook.com/BeirutSpringFestival
Suivez-nous sur Facebook
https://www.twitter.com/SK_Eyes/status/13990241013
Suivez-nous sur Twitter